Présentation de la Communauté de Communes du Val du Beuvron L'agenda de la CCVB Les projets de la CCVB Recherchez sur la CCVB Carte Interactive de la CCVB Contactez nous
 

 

Mairie : 58420  Challement

 

Téléphone - fax : 03 86 29 65 01

             Internet : mairie-de-challement@wanadoo.fr

 

                Réception : Mardi et vendredi de 14 H 30 à 17 H

 

Personnes à contacter :

 

Le maire : M. LALLOZ Bruno

1er Adjoint: Mme ARNOULT Christine

2ème Adjoint: M. MOURIER Pierre 

 

 

 

La commune de CHALLEMENT est située à 9 kms du chef lieu de canton : Brinon-sur-Beuvron, elle fait partie des 21 communes qui composent la Communauté de Communes du Val du Beuvron.

(Arrondissement de Clamecy, Département de la Nièvre, Pays Nivernais-Morvan, Région Bourgogne)

 

Son altitude est de 250 m, sa superficie : 952 hectares

 

Cours d’eau : Le Rimbeau

 

5 hameaux sont rattachés à la commune : Challementeau, Ferrière, Remoux, Inty et Cungy

Nombre d’habitants permanents : 61 (population légale 2006)

La commune met un logement en location

 

Nom des habitants : Les Challementais

 

Origine du nom : Du celtique Calmis : pierre, rocher

 

Bref historique :

 

En 1131, le bourg est mentionné sous le nom de Charemento qui devient Charlementum en 1287, puis Challement en 1332.

 

La paroisse est fondée par l’évêque Fromond au VIIe siècle.

L’Eglise Saint-Côme-et-Saint-Damien, gérée par l’intermédiaire d’un prieur-curé est  remise à l’abbaye Saint-Martin-de-Nevers.

La situation géographique du village lui vaut l’installation d’un château féodal.

L’histoire de ce village est agité, spirituellement gouverné par son prieur-curé et temporellement par son seigneur, il subit les conflits générés par ces deux influences et se trouve écartelé entre les décisions de ses seigneurs et l’autorité de l’évêque de Nevers.

 

 Curiosités à découvrir :

 

-          Vestiges du château de Challement (XIIIe, XVe, XVIIIe siècles)

 

Le seul vestige du château féodal du XVe siècle de la seigneurie de Challement est la tourelle à escalier supportant un blason mutilé.

Cette seigneurie est successivement gouvernée par les familles : Cizelly, Pioche, du Vierne, La Ferté-Meung et la Motte-Dreuzy entre le XIIIe et le XVIIIe siècle.

Le dernier occupant fait raser le vieux château après la révolution et fait construire une demeure, en conservant la tourelle.

La demeure est vendue comme bien national et subit au cours du XIXe siècle d‘importantes transformations.

Abandonnée par son propriétaire elle est partiellement incendiée, il ne reste que les ruines d’un escalier en pierre blanche, d’une rampe en fer forgé, de boiseries et de quelques cheminées.

 

-          Ancien presbytère XVIIIe – XIXe siècle

 

Depuis l’époque de sa construction, le presbytère n’a subi aucune transformation.

La paroisse est desservie par l’abbaye St Martin de Nevers et de nombreux prieurs s’y sont succédés.

En 1620 la direction est assurée par un prieur lié à l’histoire du prieuré de St Révérien.

En 1671, par un maître des arts du collège Ave Maria fondé par Jean d’Hubans.

 

Patrimoine religieux :

 

-          L’église  Saint-Hilaire du XVIe siècle 

 

L’église domine un vaste panorama, elle frappe par son importance, par la richesse et l’élégance de sa décoration de style gothique flamboyant, de plan cruciforme, elle a été construite en remplacement d’un premier édifice incendié en 1445.

Elle est due aux Seigneurs de Challement : Barthélémy de la Ferté et de son épouse Françoise du Vierne.

Le clocher-porche de 1538 s’appuie sur quatre contreforts, couronnés des quatre évangélistes.

Une baie en forme d’anse de panier surmonte le portail et le tympan est remarquable, divisé en deux registres. Les statues ornant le portail datent du début du XVIIe, elles sont probablement l’œuvre d’artistes régionaux.

 

Dans l’Eglise :

 

-          Le chœur :

Une nef unique, de quatre travées, mène à ce chœur, voûté d’ogives, il abrite un autel monumental dont le tabernacle est surmonté d’une pyramide qui a perdu sa flèche d’origine.

La nef s’ouvre sur deux chapelles voûtées, les nervures sont soutenues par des culs de lampe sculptés d’oiseaux et d’anges.

Suite à la profanation de l’église par les Huguenots, le retable et le maître-autel ont été endommagés, mais le dais en pierre, le couronnement des portes, les deux niches et la frise végétale, sont restés intacts.

L’hôtel a été restauré en 1858.

 

-          Statues de Saint-Côme et Saint-Damien :

En pierre polychrome (H. 80 cm), frères et docteurs d’Arabie, ils deviennent les patrons secondaires, ces statues  proviennent de l’église primitive.                        

 

Des messes y sont célébrées lors des cérémonies (baptêmes, mariages, obsèques)

 

Au cimetière :

 

-          Dalle funéraire (1738) en grès (98 x 195 cm), taillée par Pierre Tardivon.

La dalle est celle de Françoise-Elisabeth Aubepin de la Motte-Dreuzy, décédée en 1738.

 

A voir aussi :

 

Notre-Dame de la Salette :

 

Statue de 1872 socle : en pierre (H. 2m), sculpteur : Mouly

Elle est ici le symbole d’une peur et d’un espoir et n’a pas été érigée lors d’une campagne de missions religieuses. Elle est élevée après la guerre de 1870, selon le vœu collectif des habitants de Challement, leur village ayant été épargné par les Prussiens.

 

 

Ouverture de la station-service de Brinon sur Beuvron

La station service de Brinon sur Beuvron est ouverte, rue du père castor, direction Saint Révérien. Elle est constituée d'une station de carburant VL PL, d'une station de lavage, d'un aspirateur, d'un gonfleur et d'une borne camping car. Pour mieux vous servir vous pouvez vous procurer des cartes d'abonnement ou prépayées à la CCVB.