Présentation de la Communauté de Communes du Val du Beuvron L'agenda de la CCVB Les projets de la CCVB Recherchez sur la CCVB Carte Interactive de la CCVB Contactez nous
 
  Place des puits  

 

Mairie : 58420 GRENOIS

 

Téléphone : 03.86.29.65.91 -  Fax : 03 86 29 63 45

 

Internet : mairie.grenois@wanadoo.fr

 

Jours et horaires d’ouverture : Mardi et vendredi de 9 H à 12 H

 

Personnes à contacter :

Le maire : Monsieur COINTE Raymond  Tél. : 03 86 29 63 45

Adjoints au Maire: M. NIEZ Michel - M. SEVESTRE Gérard

 

 

 

 

La commune de Grenois, d’une superficie de 1450 hectares, Altitude : 250 m, est située à : 6 kms du chef lieu de canton :

Brinon-sur-Beuvron (elle fait partie des 21 communes qui composent la Communauté de Communes du Val du Beuvron.

(Arrondissement de Clamecy, Département de la Nièvre, Pays Nivernais-Morvan, Région Bourgogne)

 

La commune est propriétaire de 106 ha de bois          

 

Cours d’eau : Le Ruisseau de la Fontaine

 

A la commune se rajoute le hameau d’Hubans 

 

Nombre d’habitants permanents : 117 (population légale 2006)               (775 habitants en 1859)                      

Avec 47 résidences secondaires (au recensement 2007), la population double pendant la saison estivale.

Elle met en location 2 logements : Le logement de l’ancien instituteur et l’ancien presbytère

 

Nom des habitants :  Les Grenoillais

 

Grenois a tenu à rendre hommage aux Hommes de Lettres, les noms des rues portent tous le nom d’écrivains célèbres.

 

Origine du nom :

- De Sancta Genovefa en 1136

- Vient peut être du latin granetu, endroit où poussent les céréales

C’est en 1421 que le nom de Grenois est mentionné pour la première fois.

 

Bref historique :

 

Un monastère de bénédictins rattachés à l’Evêché de Nevers s’installe au XIIe siècle, à l’est de la montagne, à cet endroit se trouve le prieuré, le cimetière, l’église, qui est dédiée à Sainte Radegonde et à Sainte Geneviève.

Le village, situé en contrebas, est géré par ce prieuré.

 

Au sud, sur la colline d’Hubans, une forteresse appartenant à la famille Rongefer dominait la plus proche région. Ce château a aujourd’hui disparu, il ne reste que des fondations, des fouilles ont été engagées et sont toujours en cours, à titre privé.

L’agglomération d’Hubans, au bas de cette colline, était à cette époque plus importante que Grenois.

 

Au XVe siècle, c’est la patrie de Jean d’Hubans, natif du village d’Hubans, Président de la Chambre des enquêtes au parlement de Paris et Conseiller du roi.

Sur la colline Sainte-Geneviève à Paris, il fonde un collège, en privilégiant les enfants de son village natal. Son but : l’éducation gratuite.

Le collège d’Hubans (école Ave Maria) cesse ses activités en 1763, il est alors remis au collège Louis-Le-Grand à Paris.

 

Après la révolution : l’église de la montagne n’est plus entretenue et il ne reste à Hubans qu’une petite chapelle seigneuriale.

 

La commune de Grenois veut son église, elle reste sous le patronage de Sainte Geneviève et Sainte Radegonde, construite à partir de 1874.

 

C’est en 1890, dans ce village, qu’apparaissent les premières machines à battre à vapeur du canton.

Les activités se partagent entre le peignage du chanvre en hiver et la culture de la vigne. L’étendue du vignoble, frappée par le phyloxerat entraîne l’abandon de sa culture.

La culture du chanvre est également abandonnée.

Dans une région à vocation agricole, la terre très fertile apporte : blé, tournesol, colza…

 

Curiosités à découvrir :

 

-          Colline d’Hubans :

 

Sur la colline d’Hubans, se trouvent : la Chapelle d’Hubans et le cimetière pour les habitants d’Hubans.

L’emplacement où se trouvent les vestiges du château, n’est pas accessible, des fouilles ont été engagées, Actuellement c’est un domaine privé.

Superbes vues (380m) sur le pays d’Hubans, de Grenois, d’Asnan, nombreuses promenades pour découvrir :

la fontaine et le lavoir à ciel ouvert, mais sans eau (un devis est en cours pour réparer la canalisation bouchée).

Le puits communal a été restauré par la Municipalité.

 

-          Colline de la Montagne :

 

On traverse le cimetière des habitants du bourg de Grenois pour arriver à l’entrée de la chapelle de la montagne.

-           La Municipalité est propriétaire de l’aire de pique-nique qu’elle a aménagée en mettant, sous des

       parcelles de résineux, des tables pour les promeneurs,

-     Les chemins forestiers ont été remis en état pour faciliter les promenades en forêt, très belle vue de ce  site où décollent des parapentes quand le vent est propice à l’activité.

 - Pour contacter l'Association fild'air - pratique du parapente sur Grenois par des confirmés-

Appeler : M. Fabrice Pointeau : Tél. 06 72 96 80 49, adhérent à la Fédération Française du Vol Libre.

http://www.para2000.org/sites/france-58nievre.htm

Randonnée possible sur les chemins des crêtes de la vallée du Beuvron, pour aller à la découverte d’un riche patrimoine des chapelles datant du 12e siècle.

 

-          Le lavoir public (XVIIIe, XIXe siècle) – au Centre de Grenois

 

Le 18 mai 1880, par une délibération municipale, la commune fait transformer la nef d’une chapelle désaffectée, en bassin et lavoir public. l’architecture est très reconnaissable, le sous-sol recelait une source, la fontaine est toujours en activité.

Le lavoir occupe toute la surface de la chapelle dont on a conservé les ouvertures, elle est en cours de réfection, les vitraux vont être remplacés et le plafond est à revoir.

 

-          Les puits communaux sur la place, à Grenois

 

Après une belle restauration, on ne peut pas passer sans remarquer « la place des puits », on peut observer deux puits de formes différentes : un à margelle ronde, un à margelle carrée, ce dernier permettait à deux personnes de se servir en même temps grâce à ses deux manivelles et à ses deux tours, ils ont été recréés à l’identique. Ils sont illuminés dès la nuit tombée.

 

 Collection communale : 

-          Le tambour en cuivre du garde champêtre :

 Il y a environ 45 ans, le garde-champêtre, allait de place en place, avec son tambour, donner les nouvelles aux habitants de Grenois et d’Hubans. Il fait maintenant partie de la décoration du bureau à la Mairie.

------------------------------------------

Divers :

Personnalités ayant "marqué" la commune :

- Jules Renard disait : "Si Dieu me pardonne, je lui pardonnerai de me laisser vivre une vie à Grenois".

- Jean d'Hubans, natif d'Hubans, Président de la Chambre des enquêtes au Parlement de Paris et Conseiller du Roi, fondateur de l'école Ave-Maria sur la colline Sainte Geneviève à Paris, a permis ainsi aux enfant d'Hubans et à ceux des villes voisines de suivre une éducation gratuite. Le Curé d'Hubans et le Prieur de la Montagne de Grenois faisaient la sélection des candidats. Les activités de cette fondation ont cessé en 1763. 

  Eglise de Grenois  

Patrimoine religieux :

 

-          La chapelle d’Hubans : XIIe, XVIIIe, XIXe, XXe siècle :

 

La chapelle appartenait au château fort édifié par un sire d’Asnois : Renaud dit « Rongefer », issu des seigneurs de Saint-Vérain.

Ensuite elle devient la propriété de la famille Bussy-Rabutin, dépendant de la baronnie d’Hubans, également propriétaires du Château de Brinon.

La dernière propriétaire du château de Brinon : Zoé de Cayla, née Talon, égérie du parti conservateur et maîtresse de Louis XVIII, échange, contre un point d’eau, la chapelle, afin que les bêtes de son métayer puissent accéder à une fontaine du village de Grenois.

La chapelle devient ainsi un bien communal en 1852.

 

Dans cette chapelle on peut voir : 

 

- Sur les deux piliers centraux : deux croix de Jérusalem ont été gravées.

- La première rappelle le souvenir de Geoffroy, neveu de Renaud Rongefer, mort au cours de la 3e croisade menée par Richard Cœur de Lion en 1189.

- La seconde, en mémoire de son petit-neveu Gibaud, qui se croise en 1241 avec Saint-Louis.

 

Pendant les journées du patrimoine cette Chapelle est ouverte.

Dans le courant de l’année, une demande d’ouverture est à faire auprès du Maire pour permettre à un groupe de personnes de la visiter.

 

-          La chapelle de la montagne :(XIIe, XIXe, XXe siècle) :

 

Située sur les hauteurs de Grenois, elle fut celle du prieuré jusqu’à la révolution et église paroissiale jusqu’à la construction de l’église de Grenois.

Edifiée au XIIe siècle par des bénédictins, elle fut placée à l’endroit d’une source sacrée, dont le puits de faible hauteur est encastré dans le mur du chœur.

La profondeur de ce puits serait égale à la hauteur du clocher, mais son originalité réside surtout en sa margelle taillée dans un seul bloc de pierre.

La chapelle a longtemps servi de lieu de culte aux habitants des villages de Grenois et de Talon, ils accédaient par de petits sentiers à travers bois, en suivant le sommet de la colline.

La chapelle est abandonnée à la fin du XIXe siècle, seuls : le chœur ogival, les colonnes romanes et le clocher ont pu être conservés.

 

On peut voir, scellée derrière l’autel : une croix en fer forgé datant de 1956 d’inspiration cistercienne.

(Bruno Fougerat en a été le ferronnier).

 

-          L’église de Grenois :

 

Construite et décorée en 1892 en style néo-byzantin dans l’art du XIXe siècle, dédiée à Saint Geneviève et Sainte Radegonde.

Cette église est dotée de trois cloches,actuellement un mécanisme électrique déclenche la sonnerie pour l’Angélus ainsi qu’à toutes les heures.

 

A voir dans l’église :

 

- Décors muraux de 1892 :

Le néogothique fait place au néo-byzantin dans l’art du XIXe siècle.

A son retour d’un voyage en Moyen-Orient, le curé de Grenois, féru de civilisation byzantine, fait décorer les murs des chapelles latérales et du sanctuaire.

Inspiré par les documents rapportés par le curé, le peintre de Bourges, Bodin, réalise des décors polychromes surchargés, à la mode de l’époque, il souligne les reliefs, peint sur les murs de fausses tentures.

 

-          Une cloche en bronze de 1772 :

Elle est  posée, au sol, dans l’église, elle a été offerte par Pierre, Comte de Jaucourt et Baron d’Hubans, elle se trouvait à l’origine dans la chapelle d’Hubans, circonférence :1,76m

 

-          Statue du XVIe siècle :

En pierre de Bourgogne (H. 150cm)

On peut noter que cette vierge a le déhanchement typique de la statuaire bourguignonne.

 

-          Peinture murale : Armoiries de 1892 :

Les armoiries des Familles Harcourt, de Mun et de La Tour-du-Pin, bienfaitrices de la paroisse ont été reproduites sur la colonne d’entrée de la chapelle latérale droite, par le peintre Bodin.

 

-          Un bénitier de 1880 :

En faïence de Nevers, fait par le faïencier Antoine Montagnon, la coupe est peinte. La palette d’émaux est typique de Nevers, mêlant le jaune et le bleu.

 

-          Un retable du XVIIe siècle

En bois,représentatif du style baroque, précédemment il était dans la Chapelle d’Hubans.

 

-          Page enluminée du livre des statuts de l’école Ave Maria (1346-1351) :

Son auteur : Jean d’Hubans

      -     3 cloches se trouvent dans le clocher :

La plus grosse : "Louise" circonférence : 3,14m

La moyenne : "Juliette" circonférence 2,60m

La petite : "Claire Joséphine" circonférence 2,32m

 

 

Ouverture de l’ église pour visite : Sur demande pour des groupes, auprès de Monsieur le Maire 03 86 29 63 45 

Messe célébrée deux fois par an environ, ainsi que pour les cérémonies : baptêmes, mariages, obsèques.

 

 

Ouverture de la station-service de Brinon sur Beuvron

La station service de Brinon sur Beuvron est ouverte, rue du père castor, direction Saint Révérien. Elle est constituée d'une station de carburant VL PL, d'une station de lavage, d'un aspirateur, d'un gonfleur et d'une borne camping car. Pour mieux vous servir vous pouvez vous procurer des cartes d'abonnement ou prépayées à la CCVB.