Présentation de la Communauté de Communes du Val du Beuvron L'agenda de la CCVB Les projets de la CCVB Recherchez sur la CCVB Carte Interactive de la CCVB Contactez nous
 
   

CORVOL D’EMBERNARD

Mairie : Téléphone/Fax 03 86 29 42 12

 

Adresse Internet : ma.corvol@west-telecom.com

Site Internet : www.embernard.fr

 

 

Jours et horaires d’ouverture :  Lundi : 9 H / 12 H   - 14H  / 18 H

                                                                      Jeudi : 9 H / 12 H (en cas d’urgence)

 

Personnes à contacter :

Le maire : M. SEVIN Jean-Michel  Tél: 06 74 77 22 43

Adjoint au maire : M. JOLLET Pascal  Tél: 06 79 33 10 29

 

 

La commune de Corvol d’Embernard, d’une superficie de 986 hectares, Altitude variant de 250 à 363 mètres, est située à : 10 Km du chef lieu de canton : Brinon-sur-Beuvron, elle fait partie des 21 communes qui composent la Communauté de Communes du Val du Beuvron.

(Arrondissement de Clamecy, Département de la Nièvre, Pays Nivernais-Morvan, Région Bourgogne)

 

La commune dispose de 273 ha de forêt.

Deux logements sont mis en location par la commune.

Cours d’eau :Sort de terre sous le nom de Canard et devient on ne sait pourquoi le Corvol en cours de route 1 hameau est rattaché à la commune : Champeaux

 

Nombre d’habitants permanents :           105 (recensement de 2010)

                                                                      

Nom des habitants : Les Corvolais / Corvolaises

 

Origine du nom : 

Le nom propre latin « Corœbus » suivi du suffixe « ialium » signifierai « La Clairière de Corœbus » qui devient au XIVe siècle : Corvolium Domini Bernardi (Dam  Dominos = Seigneur) le Seigneur Bernard

Bref historique :

On retrouve des traces écrites de la paroissse depuis le XIe siècle mais on ne sait rien sur ses commencements.

Elle est adossée à la Colline de partage des eaux de la Loire et de la Seine. Elle regarde du côté de l’Yonne, puisque le Canard y prend sa source.

L’église actuelle a été construite au point le plus haut, elle occupe le site d’un ancien château disparu.

Les noms de plusieurs seigneurs sont connus : Jean de Courvoul en 1285, Gaucher de Corvol en 1301, Antoine de Chabannes en 1485 et Jean de la Rivière en 1505.

Les seigneurs étaient tous soumis à une maxime féodale : « Nulle terre sans seigneur, nul seigneur sans titre. »

Au XIVe siècle un petit château a été construit au pied de la colline, près de la source du Canard, remplacé au fil des siècles par d’autres constructions jusqu’à la contemporaine datant du XIXe siècle.

 

   

Curiosités à découvrir :
 
Lors d’une promenade dans le village, on peut voir la grille et les deux pavillons d’entrée du château du XIXe siècle. L’ancienne ferme accolée au château est aujourd’hui transformée en chambres d’hôtes (4 épis) et salles d’exposition d’art contemporain de 180 m².
Son pigeonnier en bordure de route porte la date de 1812.
 
Corvol d’Embernard est un joli village, on y trouve 4 fontaines, de nombreux puits dont certains possèdent une margelle taillée dans un seul bloc de pierre, 3 lavoirs dont 2 couverts, 3 croix de mission.
Ce village, traversé par le ruisseau du Canard qui autrefois animait le moulin aujourd’hui disparu.
-          Le lavoir du « Pétat » :
Se trouve en bordure d'un chemin qui est l’ancienne route de Nevers (direction de Chazeuil) – Ce lavoir à ciel ouvert trouve son originalité par sa profondeur de 3 m que l'on atteint par une série de marches.
 
-          La source du Canard et son lavoir :
 
On voit sortir le « Canard » de la colline d’un lac souterrain découvert en 1837, la galerie qui mène à ce lac est longue de 725 m. Les parois formées d’énormes pierres sont comme disposées par la main de l’homme d’où son premier nom de « canal ». Dans le lavoir qui date de 1824, de magnifiques dalles de pierre permettent de passer au dessus de la source qui le traverse.
De chaque côté du bassin, le long des murs, se trouvent des poutres en bois qui servaient à égoutter le linge.
 
-          Le lavoir du Courtil 
Ce lavoir de dimensions plus modestes est intéressant par la forme très curieuse de sa charpente, qui prend la forme d’un parapluie à partir d’un axe central. Ces deux lavoirs ont été récemment restaurés.
 
-          La grange avec séchoir du XIXe siècle :
Le séchoir, utilisé pour la récolte du chanvre, culture très pratiquée dans le canton et qui, selon l’étude d’un employé des domaines en 1843, « réussit bien dans toutes les localités ». Les draps, les torchons, les chemises étaient tissés en toile de chanvre.
Aujourd’hui en ruine, il a été racheté par un particulier pour devenir une habitation et conserve ses caractéristiques originales.
 
-          La fontaine sacrée de Saint-Gengoult : Saint Patron de la commune – fêté le 11 mai
Derrière le cimetière, la fontaine sacrée devait exister de tout temps. Elle a été consacrée lors de la campagne de mission en 1894, qui la dota d’un retable en pierre taillée, on y accède par un escalier en pierre.
 
-          La bascule municipale :
Il existe au milieu du village l’antique bascule municipale abritée par un petit cabanon de briques enduites et couverte d’ardoises. Elle évoque un passé tout proche ou les villageois et les habitants des communes alentours venaient peser bêtes et grains. Une restauration intérieure a été effectuée afin de la valoriser.
-          La maison curiale :
Antérieure à 1798, elle fut rachetée puis restaurée en 1840 par la commune. Aujourd’hui mairie et logement communal.
 
Patrimoine religieux :
 
-          L’église Saint-Gengoult : (Saint patron des cordonniers et des tanneurs)
L’édification de l’église, de style toscan, est attribuée à des maçons italiens. Les fûts des colonnes, tout comme les arcs de voûte, sont en pierre blanche. La lettre « B » qui figure sur les fûts, aurait été peinte par les maçons et serait peut-être une initiale. Lors de la construction, le clocher, refait en 1789, est conservé ; l’une des cloches est offerte par A.M. Dupin, pair de France.
Elle renferme deux vitraux modernes un de Saint Gengoult et un autre de Saint Jean-Baptiste de 1953 – peintre verrier : Legrand.
 
-          Croix de mission :
- Route de Chazeuil, l’ancienne croix de carrefour est remplacée par une croix octogonale en pierre, érigée lors d’une mission (1894), la branche porte les noms de Saint-Gengoult et de Saint-Denis.
 
- Une autre, appelée croix de Pareux, se situe au carrefour de Varzy / Villiers-le-sec à 300 m d’altitude.
 
A voir dans l’église :
 
-          L’autel du XIXe siècle :
L’autel et le tabernacle sont représentatifs du style byzantin, à la mode dans la seconde moitié du XIXe siècle.
 
-          Une huile sur toile
Crucifixion : (300 x 150 m) du XVIIIe siècle
 
-          Une lithographie de Brioude du XIXe siècle :
Cinquième station du chemin de croix, les lithographies illustrant les quatorze stations du chemin de croix ont été éditées par Hocquart à Paris. Elles reproduisent les œuvres de Sabetti. Le chemin de croix est une dévotion répandue par les franciscains.
 
Ouverture de l’église pour visite : sur demande (heures d’ouverture de la Mairie)
La fête patronale annuelle : week-end du 11 mai, en soirée pour le samedi et toute la journée du dimanche

 

 

Ouverture de la station-service de Brinon sur Beuvron

La station service de Brinon sur Beuvron est ouverte, rue du père castor, direction Saint Révérien. Elle est constituée d'une station de carburant VL PL, d'une station de lavage, d'un aspirateur, d'un gonfleur et d'une borne camping car. Pour mieux vous servir vous pouvez vous procurer des cartes d'abonnement ou prépayées à la CCVB.