Présentation de la Communauté de Communes du Val du Beuvron L'agenda de la CCVB Les projets de la CCVB Recherchez sur la CCVB Carte Interactive de la CCVB Contactez nous
 
  Champallement  

 

Mairie : 58420  Champallement

 

Téléphone : 03 86 29 03 38

Internet : mairiechampallement@orange.fr

 

Réception : Lundi de 9 H à 12 H

 

Personnes à contacter :

 

Le maire : M. SOUDAN michel - Tél. : 03 86 29 68 92

 

 

 

 

La commune de CHAMPALLEMENT est située à 6 kms du chef lieu de canton : Brinon-sur-Beuvron, elle fait partie des 21 communes qui composent la Communauté de Communes du Val du Beuvron.

(Arrondissement de Clamecy, Département de la Nièvre, Pays Nivernais-Morvan, Région Bourgogne)

 

Sa superficie est de 840 hectares, la commune est propriétaire de 50 ha de bois et 12 ha de terres labourables.

Altitude : 280 m.

 

Cours d’eau : La Jarnosse

 

Etangs :

-          L’étang communal de Champallement de 80 ares a été créé en 1985, a été aménagé pour les loisirs (pêche, coin de repos, pique-nique) mais baignade interdite. Nous pouvons y observer des hérons cendrés ainsi que des colverts.

-          Les 7 autres étangs sur une surface de 30 ha font partie du domaine privé.

 

Les bois :  

-          La Forêt de Champallement

-          Le Bois de Montmasson

 

6 hameaux sont rattachés à la commune :

Champagne-Manoir, Les Chaumes, Bourg-Moulin, La Boete aux Loups, Bois de Champagne

Nombre d’habitants permanents :             27 au recensement de 1999

 56 (population légale 2006) (en 1859 : 327 habitants)

 

A ce jour, la commune n’a pas donné de nom aux habitants. 

 

Origine de Champallement : Du latin Campus Alemannus, le camp des Alamans

 

Bref historique :

 

Depuis l’Antiquité, le territoire de la commune a été occupé, de nombreux vestiges ont été découverts.

Une ancienne villa gauloise, à Compierre est devenue une ville de garnison pendant la conquête, ensuite, une  ville gallo-romaine ; un camp romain dont il ne reste que les fossés se situe plus à l’ouest.

 

Champallement abrite un ancien château fort, cependant,  rien ne reste du château de Champagne qui était la propriété de Jean Vincent de Saint-Phale, datant du XVIII siècle et détruit à la fin du XIXe siècle.

 

L’exploitation des carrières de pavés de grès était partagée entre Champallement et la commune de Saint-Révérien,  jusqu’au milieu du XXe siècle.

 

Un village d’anciens moulins existait le long de la rivière, il a complètement disparu. Il n’y a pas eu d’extension de l’agglomération  ; la commune est entourée de grosses propriétés agricoles, d’étangs, de bois et de prés.

Personnages célèbres ayant "marqué" la commune :

Le Colonel Tissier qui était dans l'aviation, a vécu plusieurs années sur la commune, il a été enterré à Champallement à l'âge de 101 ans.

Curiosités à découvrir :

 

-          Magnifique panorama à contempler du haut de ce village perché sur un promontoire : une table d’orientation nous permet un repérage des monts du Morvan.

 

-       Château de Champallement : XIe, XIVe, XIX siècles

Situé sur la Place du village, il est construit sur l’éperon qui regarde la route de Brinon, d’où on peut avoir une vue d’ensemble. Actuellement ce château est aménagé de façon à proposer ses chambres à l’hébergement touristique.

 

Au XIe siècle, un fort est bâti par la famille de Champallement, qui donne plusieurs évêques –

(Geoffroy de Champallement devient évêque d’Auxerre en 1052 et ses neveux Hugues II et III évêques de Nevers).

La famille de Lespinasse  effectue les premières transformations, aux XIVe et XVe siècles.

Tous les biens du fief de Champallement entrent par la suite, dans la maison de Mortemart, et sont la propriété de la marquise d’Avrincourt (fille de M. et Mme de Mortemart)., jusqu’au milieu du XIXe siècle.

A cette époque, de nombreux changements sont effectués: le donjon est transformé par l’adjonction d’un toit, et des fenêtres sont percées.

On peut remarquer, du côté abrupt de la colline, que le château conserve son aspect massif. Ses murs de soubassement rappellent sa fonction défensive, elle est due à sa proximité du château de Montenoison.

 

-          Le tilleul de Sully (1733) :

 

Sur la place du village, devant la mairie, un tilleul a été planté par maître Révérien Givry, bourgeois habitant cette paroisse. Sous l’Ancien Régime, il était courant de planter des arbres, particulièrement des tilleuls, pour des occasions particulières afin de laisser une trace ou célébrer un évènement.

 

-           Le site de Compierre (route de Saint-Révérien)

 

Site classé, acquis par l’Etat en 1979.

La situation en forêt de ce site ajoute à l’intérêt de la visite le plaisir d’une promenade sous les ombrages.

 

(Découverte en 1828), la ville gallo-romaine est construite sur un oppidum, de part et d’autre de la voie éduenne menant d’Autun à Entrains, blottie dans la forêt entre Saint-Révérien et Champallement.

Elle est abandonnée à la fin du IVe siècle et entre dans l’oubli, nous ne savons pas pourquoi ce site fut abandonné (insécurité due aux pillards, arrêt d’exploitation du fer ?)

Pendant des siècles elle sert de carrière pour la construction des villages voisins.

Elle est fouillée sans déboisement, et les fouilleurs se contentent de prendre les objets trouvés mais aucun plan ni aucun inventaire ne sont dressés.

 

Ce n’est qu’à partir des années 1970 que le site est fouillé d’une manière scientifique.

 

Les objets découverts lors des fouilles sont visibles au musée archéologique de la porte du Croux à Nevers et au Musée de Clamecy, ils témoignent de la présence d’habitats et d’artisans sur le site.

 

Au Musée archéologique du Nivernais à Nevers :

Objets en bronze : Une balance romaine, un sanglier (H. 5cm), une lame de glaive, (diam. 1,2cm), un plat en bronze étamé.

Ainsi qu’une bague dite « intaille » en argent et coraline, un peigne à carder en fer, des jetons à jouer en os.

 

Les 22 hectares de bois couvrant la ville antique appartiennent à l’Etat et sont entretenus par une association de bénévoles (loi 1901) l’Association des « Amis de Compierre » créée en 1969 procède à la préservation et à l’entretien du site, en partie grâce à une subvention du Conseil Général.

 

Ce site peut être visité individuellement et gratuitement, tous les jours de l’année.

- Des documents en plusieurs langues sont mis à la disposition des visiteurs à l’entrée, vous y trouverez toutes les explications nécessaires sur la cité gallo-romaine.

- De juin à septembre, une permanence est assurée les samedis, dimanches et jours fériés (15H / 18H)

- Des visites guidées et commentées sont organisées en juin, juillet, août, septembre et sur rendez-vous toute l’année.

 

Renseignements auprès de l’OTSI : Tél. : 03 86 29 07 96office-de-tourismedebrinon@wanadoo.fr

ou le Président de l'Association du Site de Compierre : M. Guy Jardet : 08 77 73 28 28  guy.jardet@orange.fr

----------------------------------------------

Projet en cours dans la commune :

- Restauration dans le courant de l'année 2007 du logement F2 au dessus de la Mairie

En prévision (2008) : Travaux à réaliser sur le préau afin d'y faire une salle de réunion

 

Patrimoine religieux :

 

- L’église Saint Eustache du XIe siècle :

Elle fut  reconstruite au XVIe siècle, dévastée et pillée pendant la révolution, elle a servi de grange pendant plusieurs années. La famille de Mortemart contribua à sa restauration au milieu du XIXe siècle.

 

En juillet 2005, l’intérieur a été restauré, financé par la commune.

 

Suite à un orage, la foudre a endommagé le clocher, il a été refait en 2005.

 

A voir dans l’Eglise :

 

-          Le Christ en croix : du XIXe siècle, en bois (H. 110 cm)

-          La chaire (vers1860) en bois fruitier (H. 4m) : cette chaire sculptée imite le style gothique flamboyant.

-          Une huile sur toile (200x300cm) du XIXe siècle représentant Jésus devant Ponce Pilate, ce tableau (don de la famille de Mortemart), orne le mur droit de la nef.

-       Première station du chemin de croix en bois et plâtre peint (H. 45cm).

           

Ouverture de l’église pour visite : S’adresser à M. Soudan – Tél. : 03 86 29 68 92

                                                    Ou à M. Champeroux – Tél. : 03 86 29 65 69 

 

Hormis les cérémonies (baptêmes, mariages, obsèques) , les messes ne sont pas célébrées dans l’église.

 

Collection communale :  

- L’encensoir datant de la fin du XVe siècle en argent (H. 19,5 cm) sauvé lors du pillage de l’église et remis en usage au XIXe siècle, cet encensoir ne fait plus partie des objets du culte.

 

 

 

Ouverture de la station-service de Brinon sur Beuvron

La station service de Brinon sur Beuvron est ouverte, rue du père castor, direction Saint Révérien. Elle est constituée d'une station de carburant VL PL, d'une station de lavage, d'un aspirateur, d'un gonfleur et d'une borne camping car. Pour mieux vous servir vous pouvez vous procurer des cartes d'abonnement ou prépayées à la CCVB.